Déclaration du porte-parole de l'Ambassade de Chine en Suisse concernant la déclaration relative à Hong Kong du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse
2020/08/05
 
Récemment, le Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse a publié une déclaration relative à Hong Kong par l'intermédiaire de l'Agence télégraphique suisse (ATS), se disant « préoccupé » par le report de l'élection du Conseil législatif de Hong Kong et la disqualification de certains candidats. Il a également formulé des doutes et des commentaires arbitraires sur la Loi sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong. Voici la réponse du porte-parole de l'Ambassade de Chine en Suisse :
 
Confronté depuis juillet dernier à la situation grave de l'épidémie, le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a pris la décision responsable de reporter l'élection du Conseil législatif. C'est une mesure totalement justifiée visant à assurer la sécurité et la santé des habitants de Hong Kong et une action nécessaire pour garantir une élection législative sûre, juste et équitable. Les précédents ne manquent pas dans le monde concernant le report d'élections en raison des épidémies et d'autres catastrophes. La décision du gouvernement de la RAS de Hong Kong est conforme aux pratiques internationales, raisonnable, légitime et légale.
 
La base juridique pour savoir si un candidat a les qualifications requises pour se présenter aux élections du Conseil législatif de la RAS de Hong Kong est bien définie : la Loi fondamentale, la Loi sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong et la Loi électorale de Hong Kong ont toutes des règles claires à ce sujet. Les paroles et les actes des personnes dont la candidature a été invalidée ont franchi la ligne rouge de la loi. Certains ont ouvertement plaidé pour « l'indépendance de Hong Kong » et son « autodétermination » ; d'autres ont sollicité servilement des forces étrangères de sanctionner Hong Kong et de s'ingérer dans les affaires de Hong Kong. S'ils se présentent aux élections, ce n'est pas pour le développement et la stabilité de Hong Kong, mais pour paralyser le gouvernement de la RAS, renverser l'État et porter atteinte au principe d'« un pays, deux systèmes » ainsi qu'à la prospérité et à la sécurité de Hong Kong. L'annulation de leur candidature est donc amplement justifiée, légale et légitime.
 
La Loi sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong a pour objectif de combler une lacune sévère en matière de sécurité nationale à Hong Kong. Entièrement conforme au principe d'« un pays, deux systèmes », elle assure la mise en œuvre de ce principe à long terme. Cette loi ne vise que quatre catégories d'actes criminels, à savoir la sécession, la subversion de l'État, les activités terroristes et la collusion avec des forces étrangères ou extérieures au détriment de la sécurité nationale. Les droits et libertés dont jouissent les habitants de Hong Kong en vertu de la loi ne sont pas affectés. L'affirmation du Département fédéral des affaires étrangères selon laquelle la Loi sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong affaiblit l'autonomie de haut degré et les libertés fondamentales de Hong Kong ne tient pas du tout debout. De plus, de nombreux pays occidentaux, y compris la Suisse, possèdent aussi des lois servant à préserver la sécurité nationale et certains en possèdent même plus d'une.
 
Ce que je tiens à souligner, c'est que Hong Kong est une région administrative spéciale de la Chine et que les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine. Aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit d'y intervenir. La partie suisse devrait traiter la question de Hong Kong d'une manière objective et impartiale et s'abstenir de toute forme d'ingérence.
 

 
EMBASSY OF THE PEOPLE'S REPUBLIC OF CHINA IN SWITZERLAND ALL RIGHTS RESERVED

http://www.china-embassy.ch