Recherchez dans le site Contactez-nous Bienvenue Ambassade Visas Étudiants Investisseurs Topics Touristes
Page d'accueil > La Chine au présent
Conférence de presse du 3 avril 2007
2007-04-03
Dans l'après-midi du 3 avril 2007, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Qin Gang a tenu une conférence de presse et répondu aux questions des journalistes concernant, entre autres, la visite du Premier Ministre Wen Jiabao en République de Corée et au Japon, les pourparlers à six, la question du Darfour, la participation du Ministre des Affaires étrangères Li Zhaoxing au Sommet de l'Association d'Asie du Sud pour la Coopération régionale (SAARC) et l'assistance d'urgence fournie par la Chine aux Iles Salomon. Qin Gang : Mesdames et Messieurs, bonjour ! N'ayant pas de nouvelle à vous annoncer, je suis prêt maintenant à répondre à vos questions. Q : Durant la visite du Premier Ministre Wen Jiabao au Japon, quels sont les accords à signer entre la Chine et le Japon ? Est-ce que le Premier Ministre Wen demandera au Premier Ministre Shinzo Abe de s'engager à ne pas rendre visite au Temple Yasukuni ? R : La visite que le Premier Ministre Wen effectuera au Japon est d'une grande importance et revêt une signification particulière pour l'amélioration et le développement des relations sino-japonaises. Quant aux accords à signer, les deux parties sont toujours en consultation sur les arrangements du programme et les sujets de discussion. Nous espérons que cette visite permettra de définir clairement les relations stratégiques et mutuellement avantageuses sino-japonaises, de perfectionner le mécanisme de la coopération économique et commerciale entre les deux pays et d'intensifier leurs échanges et coopération à long terme en matière d'éducation, de culture et de jeunesse, pour promouvoir le développement ultérieur des relations de bon voisinage et de coopération entre la Chine et le Japon. Concernant votre deuxième question, la Chine et le Japon sont convenus de surmonter les obstacles politiques entravant le développement de leurs relations pour réaliser un développement sain et régulier de ces relations. Le bon règlement des problèmes historiques est d'une importance cruciale et joue un rôle vital dans le développement durable et régulier des relations sino-japonaises. Nous souhaitons que les deux parties accordent un grand prix à l'amélioration et au développement difficilement acquis des relations sino-japonaises et travaillent à la consolidation du fondement de ces relations et à l'élargissement de la coopération entre les deux pays. Q : Le Premier Ministre Wen a souhaité que sa visite au Japon soit une visite pour « faire fondre la glace ». Qu'entend-il par là ? Quelles sont les attentes de la partie chinoise concernant le développement des relations sino-japonaises ? Deuxième question, le Premier Ministre Wen prononcera un discours à la Diète japonaise, quel est le but et quelle est la signification de ce discours ? Troisième question, lors de sa visite au Japon, le Premier Ministre se rendra à Kyoto, pourquoi a-t-il choisi cette ville? Quels résultats la partie chinoise attend-elle de ce déplacement du Premier Ministre à Kyoto ? R : Pour votre première question, puisque le Premier Ministre Wen accordera une interview aux journalistes japonais avant son départ pour le Japon, il vaut mieux que vous vous adressiez au Premier Ministre lui-même pour cette question. Les relations sino-japonaises sont appelées à s'améliorer sur les plans politique, économique, commercial et culturel, et la base de l'amitié entre les deux pays a besoin de s'étendre sans cesse. Nous sommes désireux de développer avec le Japon des relations d'amitié et de coopération à tous azimuts et dans tous les domaines, marquées par la réciprocité et le gagnant-gagnant, pour réaliser entre les deux pays la coexistence pacifique, l'amitié de génération en génération, la coopération mutuellement avantageuse ainsi que le développement partagé. Quant au discours que prononcera le Premier Ministre Wen à la Diète japonaise, je pense que le Premier Ministre voudrait, dans cette enceinte importante, présenter la politique et les idées chinoises sur l'amélioration et le développement des relations sino-japonaises et la coopération entre les deux pays. Pour répondre à votre troisième question portant sur la visite à Kyoto, nous espérons que les déplacements du Premier Ministre Wen au Japon, que ce soit à Tokyo ou dans une autre ville, nous permettront de mieux connaître les différents aspects de la société japonaise, alors que Kyoto a été choisi après les consultations entre les deux parties. Q : Un prince d'Arabie Saoudite effectuera une visite en Chine. Il rencontrera le Président Hu Jintao et aura des discussions sur l'investissement en Chine. Veuillez nous présenter le programme de sa visite et les sujets qu'il abordera ? R : A ma connaissance, il s'agit d'une visite privée. Je ne dispose pas d'information sur le programme de cette visite. Q : La Chine et le Japon ont tenu, la semaine dernière à Beijing, un nouveau tour de consultations sur le problème de la mer de Chine orientale. Veuillez nous présenter des détails sur ces consultations ? Durant la visite du Premier Ministre Wen Jiabao au Japon, est-il possible d'enregistrer des progrès sur ce problème ? R : Nous disons souvent que la Chine et le Japon sont de proches voisins séparés seulement par un « bras de mer ». La mer de Chine orientale est bien sûr comprise dans ce « bras ». Certes, les deux pays ont des vues différentes sur la délimitation de la mer de Chine orientale, mais cela ne doit pas nuire à l'intérêt général que représentent le développement des relations sino-japonaises et la préservation par les deux parties de la stabilité dans cette zone. C'est dans cet esprit que la partie chinoise a proposé le principe dit « divergences mises à part et exploitation conjointe » pour régler le problème. Maintenant que les dirigeants des deux pays sont parvenus à un consensus sur l'orientation générale de l'exploitation conjointe et l'accélération du processus de consultations sur le problème, nous entendons œuvrer en commun avec la partie japonaise pour bien mettre en œuvre ce consensus. La semaine dernière, pendant le 7e tour des consultations, les deux parties ont eu des entretiens sérieux et constructifs sur les questions portant sur leurs intérêts respectifs et de larges échanges de vues. Quant à l'ouverture du prochain tour de consultations, les deux parties en discuteront dans les meilleurs délais pour en fixer la date, ceci conformément au consensus parvenu entre les dirigeants des deux pays. Q : En tant qu'observateur de la SAARC, quel rôle la Chine jouera-t-elle au sommet de la SAARC qui s'ouvre aujourd'hui ? R : La SAARC, organisation importante pour la coopération régionale dans l'Asie du Sud, joue un rôle de poids dans la préservation de la stabilité et la promotion du développement commun dans cette partie du monde. La Chine accorde toujours de l'importance et une grande attention au processus de développement en Asie du Sud. Elle se réjouit d'être admise comme observateur de la SAARC l'année dernière. En tant que pays voisin des pays sud-asiatiques, elle est disposée à œuvrer, de concert avec ces pays, pour apporter une contribution active à la réalisation de la paix et de la stabilité en Asie du Sud et au développement économique et social des différents pays de cette région. Nous entendons développer des échanges et la coopération avec les pays membres de la SAARC conformément aux principes de l'égalité, de la confiance mutuelle, de la réciprocité et du gagnant-gagnant. Le Ministre Li Zhaoxing se trouve actuellement à New Delhi en Inde pour participer au Sommet de la SAARC. Nous souhaitons que ce sommet soit couronné d'un plein succès. Q : Une question sur les pourparlers à six. M. Daniel Glaser est toujours à Beijing pour discuter de la question de la BDA. Pourriez-vous nous dire quelques mots sur les derniers développements de ce dossier ? Une information venant de la République de Corée a évoqué des négociations bilatérales entre les Etats-Unis et la RPDC qui se tiendraient ce week-end. Pourriez-vous confirmer cette information ? R : Les consultations entre les parties concernées sur ce dossier sont toujours en cours. Quant aux négociations bilatérales entre les Etats-Unis et la RPDC, veuillez vous adresser aux Etats-Unis ou à la RPDC. Q : Selon des informations, un séisme d'une magnitude de 8 s'est produit aux Iles Salomon. Est-ce que la Chine a fourni des assistances à ce pays ? Y a-t-il des morts et blessés parmi le personnel ou les ressortissants chinois? R : Au nom du gouvernement chinois, je voudrais exprimer mes sympathies aux Iles Salomon pour les pertes matérielle et humaine occasionnées par le séisme. La Croix-Rouge chinoise a déjà procuré à la Croix-Rouge de ce pays une assistance urgente en espèce. Selon les informations dont je dispose, aucun blessé ou mort n'a été déploré parmi les ressortissants chinois aux Iles Salomon. Nous continuerons à suivre de près l'évolution de la situation. Q : Quels effets les visites du Premier Ministre Wen en République de Corée et au Japon auront-elles sur les relations entre la Chine, la République de Corée et le Japon dans l'avenir? R : La Chine, le Japon et la République de Corée sont des voisins importants l'un pour l'autre et jouent tous un rôle de poids dans la région asiatique. Construire des relations de bon voisinage et d'amitié entre ces trois pays revêt une importance particulière pour la paix, la stabilité, la sécurité et le développement en Asie. Les visites du Premier Ministre Wen contribueront à améliorer et à faire progresser davantage les relations de la Chine avec la République de Corée et le Japon, de même qu'à approfondir la coopération bilatérale amicale et mutuellement avantageuse dans tous les domaines. Nous avons la certitude que, grâce aux efforts conjoints des trois parties, ces visites seront couronnées de succès. Q : Récemment, les Etats-Unis ont annoncé qu'ils appliqueraient des droits d'anti-subvention sur les importations chinoises du papier couché. Est-ce que le gouvernement chinois prendra des mesures de réplique contre les Etats-Unis ? R : Concernant la décision des Etats-Unis d'appliquer les droits d'anti-subvention sur les importations chinoises du papier couché, le porte-parole du Ministère du Commerce y a déjà réagi. Je vous prie de bien lire son communiqué. J'aimerais indiquer que, certes, il existe des divergences, voire des litiges, entre la Chine et les Etats-Unis sur les questions commerciales, mais la coopération mutuellement avantageuse entre les deux pays est profitable aux deux parties et représente leur intérêt général. Par conséquent, nous espérons que les deux parties pourront tenir compte de leur intérêt général et entreprendre des dialogues et concertations sur la base du respect mutuel et de l'égalité pour bien régler les divergences, tout en prenant en considération les intérêts et les préoccupations de l'autre, afin que l'intérêt général que représente le développement sain et régulier des relations économique et commerciale sino-américaines ne soit atteint par les problèmes secondaires. La coopération économique et commerciale sino-américaine est importante non seulement pour les deux pays, mais également pour le monde entier. Une telle coopération saine et régulière profite non seulement à la Chine, mais aussi aux Etats-Unis et au reste du monde. Q : Selon des reportages, le Président ukrainien Victor Iouchtchenko a décidé de dissoudre le parlement. La tension s'accroît de jour en jour dans le pays. Quel est le commentaire de la partie chinoise sur ce sujet ? R : La décision prise par le Président Iouchtchenko relève des affaires intérieures de l'Ukraine. En tant que pays ami de l'Ukraine, nous souhaitons sincèrement qu'elle maintienne la stabilité politique et sociale dans le pays et que les relations de coopération amicale sino-ukrainiennes continuent à se développer. Q : Des informations disent que le mois prochain, la Vice-Premier Ministre Wu Yi se rendrait, à la tête d'une délégation, à Washington et signerait avec la partie américaine des accords d'une valeur de 12,5 milliards de dollars. Veuillez confirmer cette information. R : La Vice-Premier Ministre Wu Yi se rendra, à la tête d'une délégation, aux Etats-Unis pendant le premier semestre de cette année pour participer au 2e tour du Dialogue économique stratégique sino-américain. Les parties chinoise et américaine sont en train de mener des consultations étroites et sérieuses sur ce sujet. S'il y a des progrès à cet égard, nous ne tarderons pas à vous en informer. Q : Combien de visites officielles les dirigeants chinois ont-ils effectué en République de Corée, y compris la prochaine visite du Premier Ministre Wen Jiaobao ? Deuxième question : Comme le délai de 60 jours prévu pour le démarrage des actions initiales prendra bientôt fin, on aurait probablement des difficultés pour mettre en œuvre le Document commun du 13 février. Que fera la Chine pour faire sortir les Etats-Unis et la RPDC de cette impasse ? R : Cette visite du Premier Ministre Wen Jiaobao est la première visite d'un Premier Ministre chinois en République de Corée et au Japon depuis sept ans. En 2005, le Président Hu Jintao a effectué une visite d'Etat en République de Corée. Durant cette visite, le Premier Ministre Wen aura des entretiens avec le Président Roh Moo-hyun et une rencontre avec son homologue de la République de Corée, et ils procéderont à des échanges de vues sur les relations bilatérales ainsi que les grands dossiers internationaux et régionaux d'intérêt commun. En plus, il rencontrera le Président de l'Assemblée Nationale, les responsables de différents partis politiques et des personnalités des différents milieux de la République de Corée. Il assistera également à des activités relatives aux échanges culturels entre la Chine et la République de Corée. Les informations sur cette visite vous seront communiquées au moment opportun. Nous avons la certitude que cette visite contribuera largement au développement continu du partenariat global entre la Chine et la République de Corée. S'agissant de votre deuxième question, il faut que les parties concernées se mobilisent sans tarder et accélèrent les consultations pour trouver une solution acceptable pour toutes les parties en tenant compte de leurs intérêts et préoccupations respectifs, afin de mettre en œuvre le plus tôt possible les actions initiales et faire avancer sans cesse les pourparlers à six. Q : Ce matin, le Secrétaire adjoint au Trésor américain Daniel Glaser s'est rendu à deux reprises au Ministère chinois des Affaires étrangères. Qui a-t-il rencontré au Ministère ? Quels sont les sujets de ses discussions ? R : Evidemment, M. Glaser s'est entretenu avec un responsable du Ministère des Affaires étrangères sur la question concernée. Quant au sujet de ces discussions, vous l'aurez deviné sans que je le dise. Veuillez m'excuser pour ne pas pouvoir vous donner davantage d'informations. Q : Durant sa visite en République de Corée, le Premier Ministre Wen Jiabao va-t-il signer avec le Président Roh Moo-hyun un document, par exemple une déclaration commune ? Quels seront les principaux sujets à aborder lors des entretiens entre les dirigeants chinois et sud-coréens ? Porteront-ils sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne ou les questions liées à la compréhension de l'histoire ? R : En ce qui concerne les arrangements sur les entretiens entre le Président Roh Moo-hyun et le Premier Ministre Wen Jiabao et les autres activités pendant cette visite, les deux parties sont en cours de consultations, et je ne peux pas vous révéler les détails pour le moment. S'agissant des sujets de discussion, la Chine et la République de Corée sont des pays voisins et en même temps deux pays importants de cette région. Il y a certainement de nombreux sujets qui intéressent les dirigeants des deux pays. Outre les relations et la coopération bilatérales, ils procéderont sans doute à des échanges de vues approfondis sur les grands dossiers d'actualité dans la situation internationale et régionale, y compris celles que vous avez évoquées. Q : Actuellement, le Chef d'Etat-major conjoint des forces armées du Soudan Haj Ahmed El Gaili est en visite en Chine. Cette visite a pour objectif de promouvoir les échanges militaires entre les deux pays. Pourriez-vous nous dire quelles personnalités chinoises va-t-il rencontrer ? Quels sont les accords à conclure entre les deux parties et quels sont les projets de coopération entre les armées chinoise et soudanaise ? R : Sur l'invitation du Chef d'Etat-major général de l'Armée populaire de Libération de Chine Liang Guanglie, le Chef d'Etat-major conjoint des forces armées du Soudan Haj Ahmed El Gaili est venu effectuer une visite en Chine. Hier, il a rencontré Cao Gangchuan, Vice-Président de la Commission militaire centrale de Chine et Ministre de la Défense. Ce matin, il a rencontré le Vice-Président de la Commission militaire centrale de Chine Xu Caihou. Demain, il aura des entretiens avec le Chef d'Etat-major général de l'APL Liang Guanglie. Pendant ces entrevues et entretiens, la partie chinoise et le Général Haj Ahmed El Gaili ont échangé leurs vues sur le développement continu des relations sino-soudanaises et les échanges entre les deux armées en particulier. La partie chinoise a particulièrement échangé ses vues avec la partie soudanaise sur la question du Darfour en éclaircissant la position de principe et les propositions de la Chine. Réaliser dans les meilleurs délais la paix, la stabilité et la reconstruction économique dans la région du Darfour, voilà le point de départ fondamental de la Chine en matière de règlement de la question du Darfour. A notre avis, il faut respecter l'intégrité territoriale et la souveraineté du Soudan et trouver une solution politique à la question du Darfour par voie de dialogue et de consultations menés sur un pied d'égalité. Actuellement, les parties concernées ont engagé des dialogues et consultations sur le plan de Kofi Annan. La partie chinoise salue cette initiative. Elle espère que la partie soudanaise pourra faire preuve d'une plus grande souplesse et que les parties concernées pourront continuer à faire progresser le processus du règlement politique de la question du Darfour et à améliorer la situation sécuritaire et humanitaire dans cette région. La Chine souhaite continuer à jouer un rôle constructif sur la question du Darfour et travailler de concert avec la communauté internationale pour réaliser au plus tôt la paix et la stabilité dans la région du Darfour. Q : Où en sont les actions pour sauver les deux citoyens chinois enlevés au Nigéria ? R : Le gouvernement chinois déploie tous ses efforts pour les sauver. Nous espérons qu'ils seront libérés sains et saufs le plus tôt possible pour rejoindre leurs familles. Q : La partie chinoise a-t-elle évoqué avec le Chef d'Etat-major conjoint des forces armées du Soudan l'envoie d'une force onusienne de maintien de la paix au Darfour ? R : Comme je l'ai déjà dit, durant cette visite, la partie chinoise a procédé avec le Général Haj Ahmed El Gaili à des échanges de vues sur la question du Darfour et le plan de Kofi Annan, tout en souhaitant voir le gouvernement soudanais faire preuve de souplesse. Lors de la visite en Chine de l'Adjoint au Président du Soudan M. Nafi Ali, les dirigeants chinois, y compris le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Wu Bangguo et le Conseiller d'Etat Tang Jiaxuan, ont également eu des échanges de vues avec la partie soudanaise sur la question du Darfour et ont exprimé le souhait de voir la partie soudanaise faire preuve d'une plus grande souplesse sur la mise en œuvre du plan de Kofi Annan. Q : S'agissant des pourparlers à six, le délai de 60 jours prendra bientôt fin. Les six parties pourront-elles, selon la partie chinoise, régler la question de la BDA avant la fin du délai et mettre en œuvre les actions initiales ? R : Maintenant, il est nécessaire pour les six parties de trouver le plus tôt possible une solution à la question concernée et de mettre en œuvre sans tarder les actions initiales. Q : Puisque la République de Corée et le Japon sont tous les deux pays voisins importants de la Chine, pourquoi le Premier Ministre chinois n'a pas visité la République de Corée pendant les sept dernières années ? Il y a plus de 100 mille soldats américains stationnés en République de Corée et au Japon. Cette question léguée par la guerre froide aura-t-elle des effets négatifs sur les échanges de haut niveau entre la Chine d'un côté, et la République de Corée et le Japon de l'autre ? R : Votre façon de juger les relations bilatérales par la fréquence des visites du Premier Ministre chinois n'est ni juste ni objective. Ce n'était qu'en 1992 que la Chine et la République de Corée ont établi des relations diplomatiques. Les échanges commerciaux entres les deux pays n'existaient pratiquement pas au moment de l'établissement de leurs relations diplomatiques, et ils dépassent aujourd'hui 100 milliards de dollars. Les deux pays sont ainsi devenus l'un pour l'autre d'importants partenaires commerciaux. A en juger par ces faits, on constate que les relations entre la Chine et la République de Corée ont connu un développement considérable. Les échanges entre la Chine et la République de Corée et entre la Chine et le Japon, que ce soient les visites échangées entre les dirigeants et les échanges à tous les échelons et dans tous les domaines, n'ont jamais cessé. Des dirigeants chinois ont effectué des visites dans ces deux pays et des dirigeants du Japon et de la République de Corée ont visité la Chine. Certes, les relations sino-japonaises ont connu des difficultés il y a quelque temps pour des raisons connues de tous, ce qui a entravé les échanges réguliers entre les deux parties. Mais les deux pays sont déjà parvenus à un consensus pour surmonter les obstacles à leurs échanges et ils oeuvrent actuellement l'un comme l'autre à l'amélioration et au développement continu des relations sino-japonaises. Comme le dit un vieil adage, on peut choisir une femme ou un mari, mais pas un pays voisin. La Chine et la République de Corée sont des voisins importants, et il en va de même pour la Chine et le Japon. Ils ont à travailler ensemble pour approfondir la confiance réciproque et renforcer la coopération mutuellement avantageuse pour réaliser un développement partagé et transmettre l'amitié de génération en génération. Q : Récemment, le Premier Ministre Shinzo Abe a fait des excuses à deux reprises aux « femmes de réconfort » pendant la 2e guerre mondiale. Ce sujet sera-t-il abordé lors de la visite du Premier Ministre Wen Jiaobao au Japon ? R : Nous avons noté les déclarations faites récemment par le Premier Ministre Shinzo Abe sur la question des « femmes de réconfort ». Régler de façon adéquate les problèmes historiques concernés est d'une importance essentielle pour un développement sain et régulier des relations sino-japonaises. La position de la partie chinoise sur la question des « femmes de réconfort » ainsi que d'autres problèmes de l'histoire reste claire et constante. L'histoire doit être une force motrice pour le progrès au lieu d'un fardeau. Nous espérons que la partie japonaise pourra traiter et régler correctement les problèmes historiques concernés afin d'assurer aux relations sino-japonaises un développement heureux et régulier. Q : La semaine dernière, certains membres de l'organisation des droits de l'homme « Amnisty international » ont soulevé, devant des diplomates chinois de l'Ambassade de Chine aux Etats-Unis, des questions sur les droits de l'homme dont la question du Panchen-lama, la détention des enfants de Rebiya Kadeer et la question du Darfour. Cette organisation a également appelé la Chine à cesser d'extrader les « réfugiés » de la RPDC. Veuillez nous en donner des informations ? Quelle est la réaction de la Chine vis-à-vis de l'appel de cette organisation ? R : L'organisation que vous venez d'évoquer porte toujours des préjugés sur la Chine. Les rapports publiés par cette organisation sur la Chine sont souvent injustes, inexactes et sans objectivité, et nous nous y opposons fermement. Nous souhaitons entreprendre, selon les principes de l'égalité et du respect mutuel, des dialogues avec la communauté internationale, y compris les organisations non-gouvernementales, sur la question des droits de l'homme afin de renforcer la connaissance mutuelle et de promouvoir la cause internationale des droits de l'homme. Mais l'organisation concernée doit abandonner ses préjugés, voire son hostilité contre la Chine. Si vous n'avez plus de questions, je lève la séance. Merci et à la prochaine !
Suggest To A Friend
  Print