Déclaration du Porte-parole de l'Ambassade de Chine en France sur la question concernant Taiwan
2020/05/05

Récemment, un média français a publié un article écrit par un responsable du département de la Santé de la région de Taiwan de Chine. Cet article comprend des contenus qui ne correspondent pas aux faits. En application des dispositions de l'article 13 de la Loi du 29 juillet 1881 sur le droit de la presse, l'Ambassade de Chine en France a envoyé une lettre à ce journal pour demander l'exercice de son droit de réponse, mais sans avoir obtenu de réponse. L'Ambassade tient à déclarer ce qui suit :

L'article publié par le responsable du département de la Santé de la région chinoise de Taiwan, intitulé « Taïwan a beaucoup à apporter avec son expérience reconnue dans la santé publique » comprend deux points qui ne sont pas conformes aux faits.

Premièrement, Taiwan n'est pas un pays, mais une partie intégrante de la Chine. Le principe d'une seule Chine constitue un consensus de la communauté internationale, y compris la France, un principe établi du droit international et une norme universellement reconnue régissant les relations internationales. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) est une agence spécialisée des Nations Unies, qui est réservée aux seuls États souverains. Selon les résolutions pertinentes de l'Assemblée générale des Nations Unies et de l'OMS, ainsi que la Constitution de l'OMS, Taiwan, en tant que partie de la Chine, n'a pas le droit d'adhérer à cette organisation. L'article qualifie Taiwan de « pays », ce qui viole le principe de l'unicité de la Chine et revient à prôner l'« indépendance de Taiwan », induisant ainsi le peuple français en erreur.

Deuxièmement, bien que Taiwan ne soit pas membre de l'OMS, selon l'accord conclu entre la Chine et l'OMS, les experts médicaux et sanitaires de la région de Taiwan peuvent participer aux réunions techniques de l'OMS, et les experts de l'OMS peuvent, le cas échéant, se rendre dans la région de Taiwan pour mener des enquêtes ou fournir une assistance. La région de Taiwan peut accéder dans les meilleurs délais aux informations sur les urgences sanitaires mondiales publiées par l'OMS et communiquer en temps opportun à l'OMS les informations sur les urgences sanitaires locales. Selon les données disponibles, en 2019, 11 experts de la région de Taiwan ont participé en 10 groupes aux réunions techniques organisées par l'OMS. Il n'existe donc aucun obstacle à la coopération technique entre la région de Taiwan et l'OMS, la région de Taiwan n'étant pas exclue du système mondial de la prévention et du contrôle des épidémies.

Depuis le tout début de l'épidémie de Covid-19, la partie continentale de la Chine a maintenu la communication avec les départements compétents de Taiwan. Le 30 décembre 2019, après l'annonce par les autorités sanitaires de Wuhan de la découverte de cas de pneumonie de cause inconnue, le responsable du département de la Santé de la région de Taiwan a adressé une lettre aux autorités de Wuhan pour s'informer de la situation. La municipalité de Wuhan y a donné une réponse claire. Le 3 janvier 2020, la partie continentale de la Chine et Taiwan ont activé le mécanisme d'information inter-détroit pour les urgences de santé publique, permettant ainsi d'informer en temps opportun les services de contrôle et de prévention des maladies de Taiwan de la situation épidémique dans la partie continentale. Le 12 janvier, la partie continentale a informé les départements compétents de Taiwan de son partage avec l'OMS des séquences génomiques du nouveau coronavirus et de la manière d'obtenir ces séquences. Du 12 au 14 janvier, la partie continentale a organisé des visites sur le terrain à Wuhan à l'intention d'experts de Taiwan afin qu'ils s'informent du diagnostic et du traitement des patients infectés, ainsi que de la gestion de l'épidémie. Lors d'une conférence de presse tenue le 16 janvier sur l'île, un expert sanitaire de Taiwan ayant participé à ce voyage a déclaré avoir obtenu, pendant ce voyage, des informations de la part de la partie continentale sur deux clusters familiaux de contamination et sur la nécessité de mettre en quarantaine les personnes ayant eu des contacts étroits avec des patients infectés. Du 5 février au 8 mars, la partie continentale a partagé avec Taiwan 26 documents techniques clés, dont le « Plan de diagnostic et de traitement du Covid-19 », le « Plan de prévention et de contrôle du Covid-19 » et les « Normes de soins infirmiers des patients atteints du Covid-19 dans un état grave ou critique ».

La Chine soutient les efforts conjoints de la communauté internationale et une meilleure coopération internationale pour vaincre la pandémie, mais s'oppose fermement au fait que les autorités du Parti démocrate progressiste de Taiwan profitent de la pandémie pour saper le principe d'une seule Chine et faire un battage médiatique au sujet de son « adhésion » à l'OMS.

Suggest To A Friend
  Print