Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 24 septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian

2021-09-24

CCTV : Aujourd'hui, le Ministère des Affaires étrangères a publié sur son site Web la Fiche d'information sur l'ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong et leur soutien aux forces antichinoises et déstabilisatrices à Hong Kong. Avez-vous d'autres commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Fiche d'information sur l'ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong et leur soutien aux forces antichinoises et déstabilisatrices à Hong Kong passe en revue de manière systémique les diverses formes des mauvais antécédents des États-Unis en matière d'ingérence dans les affaires de Hong Kong et d'autres affaires intérieures de la Chine depuis les « émeutes liées à l'amendement de la loi d'extradition » en 2019. Les antécédents comprennent notamment les actes consistant à concocter des projets de loi relatifs à Hong Kong, à imposer de manière flagrante des sanctions, à calomnier et à diffamer les affaires de la Région administrative spéciale (RAS), à abriter et à soutenir les émeutiers antichinois et déstabilisateurs à Hong Kong, et à exercer des pressions par la collusion.

Hong Kong est une RAS de la Chine. Les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine, et aucun pays étranger n'a le droit d'y interférer. La promulgation et la mise en œuvre de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong a perfectionné l'État de doit à Hong Kong, rétabli la sécurité et la stabilité de Hong Kong, protégé les droits et intérêts légitimes et légaux des résidents de Hong Kong et contribué au passage du chaos à l'ordre et à l'avènement de la nouvelle situation de Hong Kong. La tentative des États-Unis visant à jouer la « carte de Hong Kong » pour y saboter la prospérité et la stabilité et contenir le développement de la Chine est vouée à l'échec.

La partie américaine doit respecter effectivement la souveraineté de la Chine, se conformer scrupuleusement au droit international et aux normes fondamentales régissant les relations internationales, cesser de s'ingérer dans les affaires de Hong Kong, cesser de perturber l'État de droit à Hong Kong et cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine. Les États-Unis ne doivent pas soutenir ou encourager de quelque manière que ce soit les forces antichinoises et déstabilisatrices à Hong Kong, sinon, ils finiront par soulever une pierre et la voir tomber sur leurs propres pieds, causant de graves dommages à leurs propres intérêts à Hong Kong. La Chine continuera de répondre fermement et fortement aux actes d'ingérence des États-Unis dans les affaires de Hong Kong.

HRTN : Selon des reportages, le 21 septembre, le Président iranien Ebrahim Raïssi, dans son discours prononcé lors du débat général de l'Assemblée générale des Nations Unies, a critiqué les États-Unis pour s'être retirés arbitrairement de l'accord sur le nucléaire iranien et avoir imposé des sanctions à l'Iran pendant l'épidémie, et a déclaré que toutes les parties devraient respecter scrupuleusement le Plan d'action global commun (PAGC-JCPOA) et les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Quels sont les commentaires de la Chine ?

Zhao Lijian : La Chine a remarqué que le Président Raïssi a indiqué clairement dans sa déclaration que les armes nucléaires n'avaient aucune place dans la stratégie de défense nationale de l'Iran, que toutes les parties devaient respecter scrupuleusement le PAGC-JCPOA et que les dialogues visant à lever toutes les sanctions contre l'Iran seraient bénéfiques. La Chine y exprime son appréciation et estime que cela reflète l'attitude constructive de l'Iran dans la sauvegarde du PAGC-JCPOA et le soutien à la reprise des négociations pour renouer avec les engagements dans le cadre du PAGC-JCPOA.

La Chine est toujours d'avis qu'il est dans l'intérêt commun de toutes les parties de reprendre la mise en œuvre intégrale et effective du PAGC-JCPOA. En tant qu'auteur de la tension répétée dans la situation nucléaire iranienne, les États-Unis doivent corriger définitivement leur mauvaise politique de « pression extrême » sur l'Iran, lever complètement toutes les sanctions illégales contre l'Iran et les pratiques d'exterritorialité contre les tierces parties, promouvoir la reprise rapide des négociations et obtenir des résultats en la matière. La Chine travaillera avec toutes les parties concernées pour continuer à déployer des efforts inlassables pour remettre le PAGC-JCPOA sur les rails.

MASTV : Le Premier Ministre japonais Yoshihide Suga et le Premier Ministre indien Narendra Modi ont abordé les questions de la Mer de Chine orientale et de la Mer de Chine méridionale et la « coercition économique » lors de leur rencontre. Certains médias ont dit qu'il s'agissait d'une allusion à la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine ?

Zhao Lijian : La « diplomatie du mensonge » et la « diplomatie de la diffamation » ne sont pas du tout constructives, il vaut mieux d'épargner des efforts là-dessus. La détermination de la Chine à sauvegarder la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes du pays est inébranlable, et elle est disposée à continuer de gérer adéquatement les différends avec les pays concernés par le biais de consultations et de négociations. La soi-disant « coercition économique » a son origine et son commandement à Washington. La Chine n'a pas recours arbitraire à l'intimidation et aux sanctions, n'impose pas l'exterritorialité, ni réprime sans raison les entreprises de tous les pays. L'étiquette de « coercition économique » ne pourra jamais être collée à la Chine.

The Paper : Selon des reportages, l'Assemblée générale des Nations Unies a organisé le 22 septembre une réunion de haut niveau consacrée à la commémoration du 20e anniversaire de l'adoption de la Déclaration et du Programme d'action de Durban (DDPA). Nous avons remarqué l'absence de certains pays occidentaux, y compris les États-Unis. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : La DDPA porte l'étendard de la lutte contre le racisme dans le monde et incarne les engagements solennels et communs de tous les pays. Certains pays occidentaux, y compris les États-Unis, ont ouvertement boycotté cette réunion importante et refusé d'y participer, cela nous incite à douter de leur volonté dans la lutte contre le racisme et dans la participation à la coopération antiraciste internationale.

Ce sont justement ces pays qui ont commis des génocides contre les peuples autochtones et adopté des politiques de colonisation, d'invasion et d'exploitation à l'étranger. Au XXIe siècle, la discrimination raciale grave, les crimes de haine, l'injustice judiciaire, l'écart de richesse et d'autres problèmes sont toujours présents dans ces pays. Les tragédies comme « Je ne peux pas respirer » sont déchirantes. Ces pays doivent faire face à leur histoire peu glorieuse, prendre des mesures concrètes pour éliminer le racisme et améliorer fondamentalement les conditions de vie des minorités, au lieu de contourner ces problèmes, ou même de ne pas avoir le courage d'y répondre.

Éliminer le racisme sous toutes ses formes et veiller à ce que chacun soit égal en termes de dignité et de droits, tel est l'esprit de la Charte des Nations Unies et une manifestation de l'équité et de la justice internationales. La communauté internationale doit adopter une attitude de zéro tolérance envers le racisme, briser le cercle vicieux du renforcement mutuel entre l'inégalité sociale et le racisme, et ne laisser aucun pays ni aucun individu en arrière.

La Chine soutient et pratique la DDPA. Nous travaillerons avec la communauté internationale pour continuer de contribuer inlassablement à l'élimination définitive du racisme et à la construction d'un monde marqué par l'égalité de tous.

NHK : Une réunion importante des représentants des États-Unis, du Japon, de l'Australie et de l'Inde pour la sécurité se tiendra aux États-Unis, au cours de laquelle ces pays discuteront des questions telles que la réponse à l'influence croissante de la Chine en Asie-Pacifique. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine est toujours d'avis qu'aucun mécanisme de coopération régionale ne doit ni viser une tierce partie ni nuire aux intérêts de tierces parties. Une clique fermée et exclusive ciblant d'autres pays va à l'encontre de la tendance de l'époque et des aspirations des pays de la région. Elle est rejetée par l'opinion publique et sera vouée à l'échec.

La Chine est toujours un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement dans le monde, un défenseur de l'ordre international et un fournisseur de biens publics. La croissance de la force de la Chine signifie la croissance de la force de la paix mondiale. En tant que grand pays responsable, la Chine a fait des contributions reconnues de tous au maintien de la paix, de la stabilité et de la prospérité dans la région Asie-Pacifique et dans le monde. Les pays concernés devraient comprendre correctement le développement de la Chine et faire davantage pour promouvoir la solidarité et la coopération entre les pays de la région.

Associated Press du Pakistan : Le 23 septembre, la 10e réunion du Comité de coopération conjoint du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP) s'est tenue par liaison vidéo, et a vu la participation de hauts responsables des deux pays. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le 23 septembre, la 10e réunion du Comité de coopération conjoint du CECP s'est tenue par liaison vidéo. Des responsables de la Commission nationale du développement et de la réforme de la Chine et du Ministère de la Planification, du Développement et des Initiatives spéciales du Pakistan ont coprésidé la réunion, à laquelle ont participé environ 200 représentants de gouvernements, d'institutions financières, d'entreprises et d'établissements d'intérêt public des deux pays. Lors de la réunion, les deux parties ont annoncé la création d'un groupe de travail conjoint sur l'industrie des technologies de l'information, signé plusieurs documents de coopération et annoncé la signature de plusieurs accords de coopération entre entreprises. J'exprime mes félicitations pour la réussite de la réunion et ses fruits !

La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégiques à toute épreuve. Le CECP est un projet phare et un programme pilote dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route ». Depuis son lancement en 2013, le CECP a obtenu des résultats fructueux et remarquables. La Chine est prête à travailler avec le Pakistan pour mettre sérieusement en œuvre l'important consensus auquel sont parvenus les dirigeants des deux pays et les résultats des réunions du Comité de coopération conjoint du CECP. Nous resterons fidèles au modèle de coopération « 1+4 » centré sur la construction du CECP et axé sur le port de Gwadar, l'énergie, la construction d'infrastructures et la coopération industrielle, accroîtrons le taux d'utilisation des infrastructures existantes, mettrons l'accent sur la coopération dans les domaines de la santé, de l'économie verte et de la numérisation, et intensifierons la coopération dans les secteurs de l'industrie, de la science et des technologies, de l'agriculture et de la condition de vie des populations, afin de faire du CECP un projet modèle du développement de qualité dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route », contribuant ainsi à la construction d'une communauté d'avenir partagé Chine-Pakistan encore plus étroite dans la nouvelle ère.

Bloomberg : L'Inde a récemment réorganisé son armée en quatre Commandements de Théâtre d'opération, dont un à l'est, face à la Chine. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ? Par ailleurs, l'Inde envisage de nouveaux protocoles de gestion des frontières, car selon elle, les protocoles précédents, tels que « le maintien des armes légères pointées vers le sol lorsque des patrouilles à pied se rencontrent sur la frontière contestée afin d'éviter un accident », ne fonctionnent plus. La Chine pense-t-elle que de nouveaux protocoles de gestion des frontières sont nécessaires ?

Zhao Lijian : Au fil des ans, une série de traités et d'accords signés entre la Chine et l'Inde sur le maintien de la paix et de la tranquillité dans la zone située le long de la ligne de contrôle réel (LAC) sur la frontière Chine-Inde ont joué un rôle important dans le maintien de la stabilité de la situation le long de la frontière entre les deux pays. L'incident de la vallée de Galwan, survenu l'année dernière, est dû à l'intrusion illégale de la partie indienne sur la ligne pour empiéter sur le territoire chinois, en violation des traités et accords signés précédemment entre les deux pays. Nous espérons que la partie indienne respectera strictement les traités et accords pertinents signés par les deux pays et prendra des actions concrètes pour préserver la paix et la stabilité dans les zones frontalières entre la Chine et l'Inde.

Global Times : Des reportages récents indiquent que certaines entreprises étrangères en Chine ont exprimé leurs inquiétudes quant à l'environnement d'affaires de la Chine, craignant que leur rentabilité ne soit remise en cause. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères là-dessus ?

Zhao Lijian : Je n'ai pas vu les reportages que vous avez mentionnés. Mais j'ai noté qu'hier, la Chambre de commerce américaine à Shanghai avait publié son Rapport annuel sur les affaires en Chine pour 2021. Le rapport montre que 77,1 % des entreprises interrogées ont réalisé des profits en 2020, ce qui a dépassé les attentes du marché, et que 82,8 % des entreprises interrogées prévoient une croissance de leurs revenus en 2021. La plupart des entreprises américaines présentes en Chine ont pleine confiance en marché chinois. 77,9 % des entreprises interrogées se disent optimistes quant à leurs perspectives commerciales en Chine pour les cinq prochaines années, 59,5 % ont déclaré une augmentation de leurs investissements en Chine, 63,7 % prévoient d'embaucher davantage de personnes en Chine, et de nombreuses entreprises considèrent la Chine comme la principale destination pour leurs investissements dans le monde.

Les faits sont plus éloquents que les mots. Je pense que ce rapport a reflété, dans une certaine mesure, l'opinion positive que formulent les entreprises étrangères en Chine, en particulier des entreprises américaines, sur l'environnement d'affaires de la Chine. Peu importe que certains médias fassent des analyses partiales sur l'environnement d'affaires de la Chine ou minimisent délibérément l'économie chinoise dans leurs reportages, les entreprises étrangères en Chine ont fait leurs propres choix par leurs actions.

Je tiens à souligner que le rythme auquel la Chine construit un haut niveau d'ouverture sur l'extérieur ne fera que s'accélérer. Nous travaillerons, comme toujours, avec toutes les parties pour faire valoir l'ouverture et la coopération gagnant-gagnant et partager les opportunités de développement, et continuerons d'œuvrer pour offrir de meilleures garanties aux investisseurs étrangers dans leurs investissements et affaires en Chine.

Je voudrais également dire que c'est par pure manipulation politique que certaines personnes aux États-Unis prônent un « découplage » entre la Chine et les États-Unis sous le prétexte que « les entreprises américaines opérant en Chine suppriment des emplois aux États-Unis ». Selon le rapport, près de 80 entreprises interrogées ont déclaré que leurs activités en Chine avaient augmenté « leurs opportunités d'affaires et d'emploi aux États-Unis ». Cela prouve une fois de plus que le « découplage » est impopulaire et ne mène qu'à une impasse. Certaines personnes aux États-Unis doivent écouter davantage les voix rationnelles et pragmatiques des entreprises américaines et faire le bon choix.

Shenzhen TV : Lors de la 48e session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, de nombreux pays ont ensemble appelé à faire attention aux conséquences néfastes du colonialisme. Pourriez-vous présenter plus précisément la position de la Chine à cet égard ?

Zhao Lijian : Quelques pays occidentaux, dont les États-Unis, ont d'innombrables dettes historiques. L'esclavage, la traite transatlantique des esclaves, le système colonial, l'expulsion et le massacre des peuples autochtones…par lesquels ces pays ont fait fortune et achevé l'accumulation primitive du capital, mais ont créé une série de tragédies humaines. Il est d'autant plus affligeant que les anciens pays colonisés, les minorités ethniques et les peuples autochtones, qui ont été sacrifiés pour le colonialisme à l'époque, restent aujourd'hui encore des victimes des conséquences néfastes du colonialisme. Ils sont confrontés à des problèmes tels que l'exploitation économique et la discrimination raciale systémique, et sont tout simplement incapables de jouir d'un accès égal aux droits de l'homme fondamentaux tels que le droit à la survie et celui au développement.

De 2021 à 2030, l'élimination du colonialisme est entrée dans sa quatrième décennie internationale. Les pays qui ont pratiqué le système colonial ou en ont bénéficié doivent faire preuve de volonté politique et de courage pour assumer la responsabilité de leurs crimes historiques et régler la question des conséquences néfastes du colonialisme. La communauté internationale doit saisir l'opportunité offerte par la prochaine décennie et conjuguer les efforts pour favoriser l'élimination des conséquences néfastes du colonialisme, promouvoir et protéger les droits de l'homme et sauvegarder l'équité et la justice internationales.

CNR : Des universitaires internationaux ont indiqué récemment que les technologies de sous-marin à propulsion nucléaire fournies par les États-Unis et le Royaume-Uni à l'Australie pourraient probablement impliquer l'uranium hautement enrichi de qualité militaire d'une pureté de 93 % ou plus, ce qui, selon eux, poserait des risques de prolifération nucléaire. Le Représentant permanent de l'Iran à Vienne a reproché à certains pays de pointer du doigt sur les activités nucléaires iraniennes et de ne pas parler du fait que les États-Unis et le Royaume-Uni prévoient d'exporter de l'uranium hautement enrichi vers l'Australie. Selon lui, il s'agit du typique « deux poids deux mesures ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine croit que les préoccupations des pays et des universitaires internationaux concernés sur les risques de prolifération nucléaire que pose la coopération en matière de sous-marins à propulsion nucléaire entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie sont totalement légitimes et raisonnables. La coopération entre ces trois pays est un mauvais choix.

Tout d'abord, la coopération entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie pose de graves risques de prolifération nucléaire et viole l'esprit du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Les sous-marins à propulsion nucléaire des États-Unis consomment de l'uranium hautement enrichi d'une pureté de 90 % ou plus, qui est une matière de qualité militaire. L'exportation de sous-marins à propulsion nucléaire par les États-Unis et le Royaume-Uni vers l'Australie, État non doté d'armes nucléaires, signifie un transfert des matières nucléaires hautement sensibles, et celui des technologies et des équipements concernés. De plus, le système actuel de garanties et de surveillance de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ne peut pas vérifier de manière efficace si l'Australie se servira de l'uranium hautement enrichi pour les armes nucléaires. Bien consciente de cela, l'Australie préfère acheter des sous-marins à propulsion nucléaire auprès des États-Unis et du Royaume-Uni que d'acheter des sous-marins conventionnels. Quel est son dessein ? Un grand point d'interrogation est ainsi de mise sur la sincérité de l'Australie dans le respect continu de ses obligations de non-prolifération nucléaire en tant qu'État partie non doté d'armes nucléaires au TNP.

Ensuite, la coopération entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie prouve une fois de plus que les États-Unis et le Royaume-Uni pratiquent ostensiblement le « deux poids deux mesures » sur la question de l'exportation nucléaire, ce qui porte de graves atteintes aux efforts internationaux de non-prolifération. Depuis toujours, sur les dossiers du nucléaire de la Péninsule coréenne et du nucléaire iranien, la partie américaine a pour objectif important d'empêcher les deux pays d'acquérir de l'uranium hautement enrichi, refuse d'exporter de l'uranium hautement enrichi vers les États non doté d'armes nucléaires et promeut la réduction du niveau d'enrichissement des réacteurs à l'uranium hautement enrichi à l'échelle mondiale. Cependant, elle n'a pas hésité à faire une exception pour les pays concernés afin de satisfaire ses fins géopolitiques. La coopération en matière de sous-marins à propulsion nucléaire avec l'Australie en est la dernière preuve. La pratique des trois pays enverra immanquablement un signal erroné au monde, encouragera les autres États non doté d'armes nucléaires à faire de même et entraînera des effets négatifs sur la résolution de points chauds de non-prolifération dans la région. En outre, l'introduction de sous-marins à propulsion nucléaire par l'Australie portera atteinte au Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud et aux efforts des pays de l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) dans la construction d'une zone dénucléarisée en Asie du Sud-Est et compromettra gravement la paix et la stabilité régionales.

Enfin, les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie prétendent depuis plusieurs années être des leaders pour la non-prolifération nucléaire internationale. Mais à leur honte, la réalité dit le contraire. Ils sont les vrais auteurs de la prolifération. La Chine exhorte une fois de plus les trois pays à écouter les appels de la communauté internationale, à rejeter leur mentalité obsolète de la guerre froide et du jeu à somme nulle et leurs concepts géopolitiques étroits, à retirer leur décision erronée, à remplir fidèlement leurs obligations internationales de non-prolifération nucléaire et à faire davantage de choses favorables à la paix et à la stabilité régionales.

[ Envoyer ce lien à un ami ]
  [ Imprimer ]