Conférence de presse du 14 septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/09/14

Agence de presse Sputnik : Selon The Washington Post, le Sommet mondial sur la pandémie de coronavirus, présidé par les États-Unis, se tiendra le 22 septembre. La Chine y participera-t-elle ?

Zhao Lijian : J'ai remarqué les reportages concernés. Je n'ai pas d'information à publier pour le moment.

Associated Press du Pakistan : L'Exposition Chine-ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) s'est tenue avec succès à Nanning et s'est clôturée hier. Cette année, le Pakistan y a participé en tant que pays partenaire spécial pour la deuxième fois. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : La 18e édition de l'Exposition Chine-ASEAN s'est clôturée officiellement le 13 septembre. Le Président pakistanais Arif Alvi a prononcé un discours vidéo lors de la cérémonie d'ouverture, et le Pakistan a participé à l'exposition en tant que pays partenaire spécial une fois de plus. La Chine s'en félicite.

L'Exposition Chine-ASEAN est une plateforme importante pour l'approfondissement de la coopération Chine-ASEAN. Ces dernières années, au fur et à mesure de l'amélioration de la qualité et de la montée en gamme des relations Chine-ASEAN, l'influence et l'attractivité de l'Exposition Chine-ASEAN ont été renforcées continuellement. L'événement a permis de promouvoir l'approfondissement continu de l'intégration économique régionale, l'accélération progressive de la coopération économique et commerciale, l'intensification toujours plus rapide de l'interconnexion et la multiplication des échanges humains et culturels, et en a été témoin.

En tant que partenaires de coopération stratégique de tout temps, la Chine et le Pakistan n'ont cessé d'approfondir la coopération économique et commerciale ces dernières années. La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial du Pakistan depuis 6 ans consécutifs. Nous sommes prêts à travailler avec le Pakistan pour promouvoir ensemble le haut niveau des relations bilatérales, approfondir continuellement la coopération dans divers domaines, dont l'économie et le commerce, et construire une communauté d'avenir partagé Chine-Pakistan encore plus étroite dans la nouvelle ère, afin de contribuer à la prospérité et au développement communs de la région.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, le 13 septembre, 177 employés de l'Université de Stanford ont envoyé conjointement une lettre au Département américain de la Justice, critiquant l'écartement sérieux de l'« Initiative Chine » lancée par l'administration Trump en 2018 de ses objectifs fixés, l'atteinte qu'elle a portée à la compétitivité des recherches scientifiques américaines et son incitation à la discrimination raciale. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les médias ont déjà révélé que cette soi-disant « Initiative Chine » fixait des objectifs avant que les dossiers ne soient traités. De tels actes, au mépris total de la justice judiciaire, n'aboutiront qu'à des conclusions erronées. À la fin du mois de mars dernier, aucun des « cas typiques » publiés sur le site Web de l'« Initiative Chine » du Département américain de la Justice ne concerne les droits de propriété intellectuelle ou le vol commercial, et les accusations portent toutes sur la fraude, les fausses déclarations, la dissimulation lors de déclarations d'impôt. La lettre conjointe d'employés de l'université américaine prouve une fois de plus que de plus en plus de personnes aux États-Unis sont désormais conscientes que cette soi-disant « Initiative Chine » est au fond un outil utilisé par les forces antichinoises aux États-Unis pour abuser du concept de sécurité d'État, contenir et réprimer la Chine. Cette initiative a non seulement porté un grave préjudice aux relations sino-américaines, mais a également exacerbé la discrimination raciale aux États-Unis et causé de graves dommages à la communauté asiatique aux États-Unis.

Nous exhortons les États-Unis à écouter les voix en faveur de la justice de tous les horizons aux États-Unis, à rectifier effectivement leurs erreurs et à cesser d'interférer avec les échanges et la coopération normaux entre la Chine et les États-Unis dans les domaines scientifique, technologique, culturel et humain.

MASTV : L'élection du Président du Parti libéral-démocrate (PLD) du Japon se tiendra bientôt et les candidats mentionnent fréquemment des sujets liés à la Chine. Le 13 septembre, l'ancien Ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida a déclaré qu'il créerait, une fois élu, un poste de Conseiller spécial des droits de l'homme pour traiter notamment les violations des droits de l'homme commises par la Chine au Xinjiang. Auparavant, Sanae Takaichi a déclaré qu'elle continuerait de visiter le Sanctuaire Yasukuni après son éventuelle élection. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur les questions telles que le Sanctuaire Yasukuni est constante et claire. Les affaires intérieures de la Chine ne tolèrent l'ingérence d'aucune force extérieure. Les politiciens japonais doivent cesser de prendre la Chine comme excuse. Ce genre de médiatisation politique n'a aucun sens et doit s'arrêter.

Bloomberg : Le Président Joe Biden tiendra une réunion des dirigeants des États-Unis, du Japon, de l'Australie et de l'Inde à la Maison Blanche la semaine prochaine pour aborder des sujets tels que la réponse à l'influence croissante de la Chine dans la région Asie-Pacifique. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine préconise depuis toujours que tout mécanisme de coopération régionale doit suivre la tendance de l'époque, à savoir la paix et le développement, permettre de favoriser la confiance mutuelle et la coopération entre les pays de la région et ne doit pas cibler une partie tierce ou nuire à ses intérêts. La création de « petits clans » fermés, exclusifs et ciblant d'autres pays va à l'encontre de la tendance de l'époque et de l'aspiration des pays de la région. Cet acte impopulaire est voué à l'échec.

Je tiens à souligner que la Chine n'est pas seulement un moteur majeur de la croissance économique en Asie-Pacifique, mais aussi un ardent défenseur de la paix et de la stabilité régionales. Le développement de la Chine représente un accroissement de la force de la paix mondiale et une aubaine pour la prospérité et le développement régionaux. Les pays concernés doivent rejeter leur mentalité obsolète du jeu à somme nulle et leur vision géopolitique étroite, traiter correctement le développement de la Chine, respecter l'aspiration du peuple des pays de la région et faire davantage de choses propices à la solidarité et à la coopération des pays de la région.

The Paper : Le 29 août, l'armée américaine a effectué une frappe de drone à Kaboul, en Afghanistan, à la suite de l'attentat terroriste à l'aéroport de Kaboul, affirmant avoir tué deux terroristes. Récemment, plusieurs médias américains ont mené un grand nombre d'enquêtes sur le terrain et ont conclu que les personnes tuées par le drone n'étaient pas des terroristes, mais 10 civils innocents. Il s'agissait d'une erreur totale de renseignement. Certains médias ont déclaré que cet incident avait brisé l'illusion de l'omnipotence de l'armée et des services de renseignement américains, appelant la communauté internationale à tenir les États-Unis pour responsables de leurs crimes. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Ces derniers jours, les médias ont largement rapporté que les forces américaines avaient tué par erreur des civils innocents en Afghanistan et l'opinion publique internationale appelle à poursuivre la responsabilité des États-Unis. Face au scepticisme généralisé et à la condamnation unanime au sein de la communauté internationale, les États-Unis ne doivent pas chercher à dissimuler leur erreur et à simplement s'en aller, mais doivent mener une enquête approfondie sur la vérité et donner une explication responsable au peuple afghan et à la communauté internationale.

Prasar Bharati : La Chine a récemment autorisé les Chambres de commerce d'Allemagne, de France et d'Italie à laisser retourner en Chine leurs employés et leur famille, alors qu'au cours des 10 derniers mois, la Chine a cessé de distribuer des visas aux demandeurs de 11 pays, dont l'Inde. Je voudrais savoir quels sont les critères adoptés par la Chine pour donner des visas aux demandeurs de pays spécifiques ? Quand la Chine délivrera-t-elle des visas aux Indiens ?

Zhao Lijian : À l'heure actuelle, la situation épidémique dans le monde reste grave et compliquée. En s'inspirant des pratiques d'autres pays, la Chine réajuste les mesures de contrôle des personnes entrant en Chine en fonction de l'évolution de la situation épidémique. La Chine est disposée à maintenir des échanges étroits avec toutes les parties pour bien assurer la mobilité humaine avec l'étranger avec comme condition préalable la sécurité dans la prévention de la pandémie.

Question de suivi : Quelle est la signification des « mesures de contrôle des personnes entrant en Chine » ? L'épidémie ne se limite pas en Inde, ou dans ces 11 pays, elle est présente dans de nombreux pays. Donc, il est impossible pour les personnes de ces pays d'entrer en Chine même s'ils respectent les règles anti-COVID-19 ?

Zhao Lijian : La Chine et des pays concernés ont convenu d'établir une « voie rapide » pour la mobilité humaine dans les deux sens dédiée à la reprise du travail et de la production. Il s'agit d'un arrangement mutuellement bénéfique conclu entre la Chine et les pays concernés à la lumière de la situation épidémique et de la nécessité de reprendre le travail et la production.

Question de suivi : Pensez-vous qu'il y aura un tel arrangement entre la Chine et l'Inde ?

Zhao Lijian : Nous devons, je le crois, laisser les diplomates de nos deux pays en discuter. Si besoin est, l'Inde peut déposer la demande à la partie chinoise.

Bloomberg : La République de Corée a récemment réussi un tir d'essai de missile par sous-marin et figure désormais sur une courte liste de pays capables de le faire. À quel point la Chine se préoccupe-t-elle du développement de la technologie des missiles par la République de Corée ? Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi soulèvera-t-il cette question lors de sa visite à Séoul ?

Zhao Lijian : La partie chinoise a remarqué les reportages concernés. Nous espérons que les pays concernés pourront contribuer ensemble à la paix, à la stabilité et au développement de la région. La Chine et la République de Corée sont des voisins proches importants. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi se rendra bientôt en visite dans la République de Corée. Les deux parties procéderont à un échange de vues approfondi sur les relations bilatérales ainsi que sur des questions internationales et régionales d'intérêt commun.

Recommander à:   
Imprimer