Wang Yi : Il faut identifier l'origine du nouveau coronavirus, mais également celle du virus politique
2021/07/25

Le 25 juillet 2021, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre finlandais des Affaires étrangères Pekka Haavisto ont rencontré ensemble la presse à Chengdu, dans la province du Sichuan. Un journaliste a posé une question sur la façon dont la partie chinoise voyait l'instrumentalisation de l'étude sur l'origine du nouveau coronavirus pour calomnier la Chine.

Wang Yi : Le traçage de l'origine du virus est une question scientifique sérieuse et il faut laisser les scientifiques étudier sur l'origine du virus afin de mieux prévenir les risques futurs. Les Ministres des Affaires étrangères que j'ai rencontrés estiment tous que la recherche de l'origine du virus ne doit pas être politisée, ne doit pas viser à critiquer un certain pays et encore moins pour diviser la communauté internationale. Ce n'est que par la solidarité que nous pourrons vraiment vaincre le virus.

Mais nous avons constaté que de l'appel public du virus comme étant le « virus de Wuhan » de l'année dernière au retrait flagrant de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), les États-Unis ont tenté dès le début de politiser la pandémie de COVID-19, de stigmatiser le virus et d'instrumentaliser la recherche de l'origine du virus. Ils ont même méprisé le travail acharné des scientifiques, recouru aux moyens de renseignement pour mener le soi-disant traçage de l'origine du virus et fait du tapage autour de la « théorie de fuite de laboratoire » basée sur la présomption de culpabilité. Le but de la partie américaine est clair. Il s'agit de rejeter les responsabilités de leur lutte inefficace contre la COVID-19 sur autrui afin d'atteindre l'objectif politique de calomnier et de réprimer d'autres pays. Dans les annales de la lutte de l'humanité contre la pandémie de COVID-19, il est nécessaire d'enregistrer cette page vilaine.

La Chine participe depuis toujours à la coopération internationale sur la recherche de l'origine du virus avec une attitude ouverte. Nous avons déjà invité à deux reprises les experts de l'OMS à mener des études conjointes sur l'origine du virus en Chine et avons déployé de grands efforts à cet égard. Les experts ont visité tous les endroits qu'ils voulaient visiter et ont rencontré toutes les personnes qu'ils voulaient rencontrer. Ils sont parvenus à une conclusion scientifique selon laquelle « la fuite de laboratoire est extrêmement improbable » et ont formulé des recommandations importantes telles que « la recherche d'éventuels premiers cas à l'échelle mondiale » et « l'étude de la possibilité d'une transmission du virus par la chaîne du froid ». La prochaine phase des études sur l'origine du virus doit se poursuivre sur cette base et étudier des premiers cas signalés dans divers endroits du monde entier. Il y a quelques jours, des experts médicaux et des experts en recherche scientifique chinois ont tenu une conférence de presse, lors de laquelle ils ont clarifié une série de rumeurs avec des faits et des données et exposé la position solennelle de la Chine avec une attitude scientifique.

Il faut identifier l'origine du nouveau coronavirus, mais également celle du virus politique. Le Secrétariat de l'OMS a proposé récemment son plan pour la deuxième phase d'études sur l'origine du virus à ses États membres. Ce plan a surpris les scientifiques, car il va non seulement à l'encontre des exigences de la résolution de la 73e Assemblée mondiale de l'OMS mais aussi fait fi des conclusions et recommandations du rapport d'études conjointes pour la première phase. Il semble qu'après leur retour à l'OMS, les États-Unis n'ont pas concentré leurs efforts sur la lutte internationale contre la COVID-19, mais continuent à propager toutes sortes de virus politiques par le biais de cette plateforme. Tout plan de travail qui ne vise pas à identifier véritablement l'origine du virus mais à discréditer par tous les moyens la Chine ne sera pas et ne pourra pas être accepté par la Chine, un pays indépendant et souverain. Jusqu'à présent, près de 60 pays ont envoyé des lettres à l'OMS pour exprimer leur soutien aux résultats de la recherche de l'origine du virus de la première phase et leur opposition à la tentative de la politisation de la recherche de l'origine du virus.

Sur la question du traçage de l'origine du virus, nous nécessitons la coopération, la vérité et le respect de la science, au lieu de la calomnie, des mensonges et de la manipulation politique. La Chine continuera, à la lumière de l'esprit d'ouverture, de transparence, de science et de coopération, de soutenir et de participer à la coopération mondiale en matière d'étude sur l'origine du virus.

Recommander à:   
Imprimer